≪Made in India≫ – 5e Édition

Poster 2014

Le Festival du film de l’Inde de Montréal
Made in India
5e edition

Du 8 au 12 octobre 2014

A la Cinémathèque québécoise
335, De Maisonneuve Blvd Est
Montréal, Québec, H2X 1K1
Metro Berri-UQAM (De Maisonneuve )

Une collaboration avec la Cinémathèque québécoise, le CERIAS (Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora), l’Institut d’études internationales de Montréal de l’Université du Québec à Montréal, la Semaine Inde de l’UQÀM ainsi que le Haut Commissariat de l’Inde, Ottawa.

 Cinematheque québécoise CERIAS institut d'études internationales de Montréal

L’Inde, tel un être humain, qui se cherche, habitée par différentes temporalités, par ses multiples histoires, ses problématiques, ses victoires, ses amours, ses défaites, ses rêves aussi, ses souffrances, ses spiritualités, ses combats et ses toujours… Après avoir exploré ses classiques cinématographiques, ses films populaires, ses œuvres importantes et après avoir déterrer quelques trésors régionaux, cette année, le Festival du Film de l’Inde de Montréal – Made in India – 5e édition, vous offre une programmation à l’image des couleurs humaines de l’Inde, de ses défis et de son humanité : la difficile conciliation entre modernité et traditions indiennes, la maltraitance des femmes, le traffic des jeunes fille, la solitude, la vieillesse, la mémoire, et la joie aussi, l’espoir, la détermination, la bonté, le rire, la réussite, la danse, la musique, et bien sûr, l’amour.

On y parlera de la vie, de sagesse et de mythologie indienne avec, entre autres, Le Mahabharata du cinéaste britannique Peter Brook, seul film des huit programmés qui est non made in India. Nous décortiquerons aussi le cinéma de Bollywood, avec divers invités lors d’une soirée spéciale en collaboration avec le CERIAS (Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora) ainsi qu’avec l’Institut d’études internationales de Montréal de l’UQÀM. Une séance haute en couleur prendra aussi place avec d’excellents courts métrages d’étudiants de la Whistling Woods International Institute de Mumbai.

On y présentera également une exposition d’affichettes d’origine de films indiens à travers laquelle vous découvrirez des classiques de différentes cinématographies de l’Inde. Un détour qui en vaut le coup afin de prendre connaissance de l’art de l’affiche de cinéma de l’Inde.

Vous êtes donc conviés à prendre un ou plusieurs trains, pour quelques roupies seulement, en terre indienne : pays de l’image et du son, pays de l’émotion.

-Caroline Tabah


Mercredi, 8 octobre 2014, à 18h30
Conférence-Panel sur Bollywood

Cinémathèque québécoise, Salle Fernand-Séguin

Le Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) ainsi que l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM), en collaboration avec le Festival du Film de l’Inde de Montréal – Made in India présentent : Conférence-Panel sur Bollywood.

DevdasBollywood, phénomène global et appellation courante désignant l’industrie du film de Mumbai et ses productions, suscite engouement chez son auditoire de l’Inde et d’ailleurs, curiosité et sentiment d’exotisme chez ses spectateurs non familiers. Souvent associé à une esthétique extravagante et à un fort imaginaire mélodramatique, ce cinéma déploie des représentations qui agissent comme d’importants facteurs de négociation identitaire et qui ne manquent pas de soulever dans l’espace public contemporain de nouveaux enjeux et débats. Cette table-ronde visera à discuter de certains aspects formels, thématiques, sociaux et économiques de ses productions ainsi que de la tradition artistique dans laquelle cette industrie cinématographique s’inscrit. Les intervenantes aborderont Bollywood sous différents angles, notamment: la notion de rasa et l’aspect symbolique des séquences de chant et de danse dans les films, la religiosité et les rituels dans le cinéma populaire ainsi que l’impact de l’arrivée des cinémas de type multiplexe en Inde sur la production de films.

CONFÉRENCIÈRES :

Caroline Tabah, cinéaste, chercheure Cinémas de l’Inde, Enseignante, UQAM
Marie-Ève Lefebvre, candidate au doctorat en communications, Université Concordia
Catherine Bernier, doctorante en Film and Moving Image Studies, Faculty of Fine Arts, Université Concordia
Président : Thomas Waugh, directeur, Mel Hoppenheim School of Cinema, Université Concordia


Mercredi, 8 octobre 2014, à 20h30
Bollywood : The Greatest Story Ever Told
de Rakeysh Omprakash Mehra et Jeff Zimbalist
Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra

Bollywood Greatest  Story Ever ToldUn montage visuel, sonore et musical des plus virevoltants et touchants, nous fait découvrir magnifiquement l’évolution du cinéma populaire de l’Inde soit, Bollywood, le plus grand producteur de films au monde. Produit par Shekhar Kapur, réalisé par l’excellent réalisteur indien Rakeysh Omprakash Mehra ainsi que par le documentriste américain Jeff Zimbalist, le long métrage documentaire Bollywood, The Greatest Love Story Ever Told présente des extraits filmiques de fictions indiennes dont les meilleures séquences de chant et de danse, des entrevues avec des acteurs et des réalisateurs indiens ainsi que différentes scènes documentaires importantes et percutantes de l’histoire de l’Inde.

Un film hommage au cinéma bollywoodien ainsi qu’à ce pays en constante évolution.

Projeté hors compétition lors des festivals de Cannes 2011 et 2013, ce long  métrage nous présente l’univers renversant de l’Inde, autant sur le plan culturel que politique.

Soyez assurés que beaucoup d’émotions vous envahirons lors du visionnement de Bollywood, The Greatest Love Story Ever Told !

Inde. 2011. Réal.: Rakeysh Omprakash Mehra et Jeff Zimbalist. 81minutes.  Projection numérique. Avec: Aishwarya Rai, Katrina Kaif, Amitabh  Bachchan, Anil Kapoor, Madhuri Dixit, Sherkhar Kapur, Dev Anand, Shammi Kapoor,Rakeysh Omprakash Mehra, Gulzar, Javed Akhtar, Saroj Khan. Version originale hindi et anglaise avec sous-titres anglais.

 


Jeudi, 9 octobre 2014, à 16h00
Barefoot to Goa
de Praveen Morchhale
Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra

Barefoot to GoaBarefoot to Goa est un film poétique qui explore avec une grande sensibilité le dilemme de la classe moyenne indienne à savoir quoi faire avec des parents vieillissants ainsi que les liens intergénérationnels qui lient les familles.

Diya, âgée de 9 ans et Prakhar, 11 ans, vivent avec leurs parents qui sont très occupés à travailler dans la ville animée de Mumbai. Leur grand-mère qui habite une Goa rurale, envoie régulièrement d’innombrables lettres à son fils et sa famille, leur demandant de la visiter.  Lettres qui,  malheureusement, demeurent sans réponse, et cela malgré l’amour tendre que lui porte ses petits-enfants.   Un jour, les enfants découvrent que leur mère a caché des lettres cachetées dans une boîte.  Ils apprennent que leur grand-mère est malade, et bouleversés, ils décident de partir, seuls, sans leurs parents, afin de voir leur grand-mère, à Goa.

Une parabole sur les liens humains moribonds dans un monde en évolution rapide.  Un essai cinématographique qui célèbre l’innocence de la jeunesse, se moque de l’indifférence des adultes, tout en pleurant sur la solitude de la vieillesse.

Un succès dans divers festivals mondiaux, une première en Amérique du Nord !

***

“Barefoot to Goa is a poetic journey of the discovery of life by innocence” – Hardnews Magazine

“ Barefoot to Goa is a breath of fresh air for Indian Cinema” – Jugu Abraham,  Hindustan Times ex-Film Critic

Barefoot to Goa inevitably brings to one’s mind the 1955 Satyajit Ray masterpiece Pather Panchali.  Barefoot to Goa is the crowning jewel of this new avant-garde movement in Hindi cinema”.  Film Critic Murtaza Ali

Inde. 2014. Réal.: Praveen Morchhale, 80 minutes. Projection numérique DCP. Avec : Farrukh Jaffar, Saara Nahar, Prakhar Morchhale. Version originale Hindi  avec sous-titres anglais.

 


Jeudi, 9 octobre 2014, à 18h30
Apur Panchali
(APU’S SONG) de Kaushik Ganguly
Cinémathèque québécoise, Salle Fernand-Seguin

Apur-PanchaliApu, est l’une des plus grande figure emblématique de l’enfance dans l’histoire du cinéma indien, qui provient du chef d’oeuvre de Satyajit Ray, Pather Panchali (La complainte du sentier).

Cette touchante fiction, inspirée de la vie réelle de l’acteur Subir Banerjee, qui a joué le jeune Apu, est un petit bijou du réalisateur Kaushik Ganguly.

58 ans après la sortie du film Pather Panchali, un étudiant en cinéma, part à la recherche de Subir. Il apporte avec lui la nouvelle qu’un festival de film allemand est  désireux de l’honorer.   Malheureusement, l’étudiant découvre un homme réticent, dont la vie a ironiquement été le reflet du caractère tragique qu’il a joué.

Un vent de fraicheur et de pur délice cinématographique.

Et une première au Canada!

Inde. 2014. Réal.: Kaushik Ganguly, 79 minutes.  Projection numérique DCP. Avec : Parambrata Chatterjee, Parno Mitra, Ardhendu Banerjee, Gaurav Chakrabarty Version originale bengalie  avec sous-titres anglais.

 


Jeudi, le 9 octobre 2014, à 20h30
Le Mahabharata de Peter Brook
Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra

Mahabharata« Le Mahâbhârata est une épopée, avec des héros et des dieux, des animaux fabuleux. En même temps, l’œuvre est intime. C’est-à-dire que les personnages sont vulnérables, pleins de contradictions, totalement humains. » (Peter Brook)

« Plus long poème du monde (quinze fois la longueur de la Bible, pour prendre une comparaison avec le livre le plus porté à l’écran), le Mahabharata est un ensemble de pages foisonnantes qui s’est enrichi sur sept ou huit siècles, le débat remontant a plus de cinq siècles avant notre ère. Personne ne l’a lu. Tout le monde le connaît, en Inde tout an moins, où acteurs et conteurs ont propagé de génération en génération les exploits merveilleux de ces héros — qui sont à la civilisation indienne ce que ceux d’Homère sont à la nôtre — en vivant.

Il était insensé de prétendre ramener la totalité d’un tel texte à une continuité théâtrale selon les normes occidentales. C’est pourtant ce qu’a tenté, le premier, Peter Brook. Les spectateurs d’Avignon, en 1985, puis le monde entier ont pu découvrir cet admirable travail où les neuf heures de représentation passaient comme un souffle.

Homme de théâtre, mais aussi de cinéma, Peter Brook a naturellement le goût de transposer en films ses mises en scène, dans des adaptations qui sont un vrai travail de cinéaste, et pas simplement du théâtre filmé. Voici donc le Mahabharata version de trois heures.

Le récit a été simplifié, mais l’essentiel demeure […]. Pour le traitement, Brook joue Méliès contre Spielberg. Dans les studios de Joinville, où cent cinquante décors ont été installés, une flèche symbolisant la guerre. Un découpage de cinéma, qui cadre serré les personnages, ne cherche pas à dissimuler le lien clos du théâtre.

Il ne faut pas hésiter à se laisser entraîner dans cette fable épique qui brasse, sur fond de magie et d’action, toutes les grandes questions que se pose l’homme depuis ses origines. » (Jean Roy, 1990)

Divers pays. 1989. Réal.: Peter Brook, 163 minutes.  Projection 35mm. Avec : Maurice Bénichou, Erika Alexander, Amba Bihler. Version originale anglaise avec sous-titres français.

 


Vendredi, le 10 octobre 2014, à 16h00
Masala

Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra

Whistling WoodsProgramme spécial haut en couleur d’excellents courts métrages étudiants en provenance de la Whistling Woods International Institute de Mumbai, en Inde.

Whistling Woods campusL’école de cinéma est soutenue par le cinéaste indien Subhash Ghai, la compagnie de production Mukta Arts Limited et les studios de Film City.

Inde. Divers. Version originale avec sous-titres anglais.


Vendredi, le 10 octobre 2014, à 18h30
Astu de Sumitra Bahave et Sunil Sukthankar
Cinémathèque québécoise, Salle Fernand-Seguin

AstuLe nouveau film marathi Astu (Ainsi soit-il)  raconte l’histoire de M. Shastri, professeur de sanskrit à la retraite qui souffre de la maladie d’Alzheimer.  Un jour que sa fille fait des courses avec lui, il disparaît. Lors de son égarement, Appa, est fasciné par un éléphant qui marche sur la rue et va habiter avec la famille à qui appartient l’éléphant…

L’interprète du personnage d’Appa, le Dr Agashe, psychiatre dans la vie, en plus d’être comédien, interprète magnifiquement et  avec beaucoup de sensibilité ce personnage à la retraite souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Astu MarathiAstu, 14e film dirigé par le duo de réalisateurs Sumitra Bahave et Sunil Sukthankar, a gagné et continue de rafler  divers prix dans plusieurs festivals internationaux.  Et nous avons cette belle chance d’avoir Astu, à Montréal.

Inde. 2014. Réal. : Sumitra Bhave et Sunil Sukthankar, 123 minutes. Projection numérique DCP.  Avec : Dr. Mohan Agashe, Iravati Harshe, Milind Soman, Amruta Subhash, Devika Daftardar. Version originale marathie avec sous-titres anglais.


Vendredi, le 10 octobre 2014, à 20h30
Bhaag Milkha Bhaag de Rakeysh Omprakash Mehra
Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra

Bhaag Milkha Bhaag«Milkha Singh» pour certains, le nom évoque un vague souvenir d’une page de l’histoire. Ce dont on se souvient surtout, c’est que Milkha Singh, surnommé le  « Flying Sikh » (le Sikh volant),  était un célèbre athlète, coureur, qui a perdu les 400 mètres finales lors des Jeux Olympiques de Rome.

Bhaag Milkha Bhaag  tente de comprendre cette perte catastrophique.  Une course dont on était assuré de la victoire. Le film explore à travers l’obscurité de la honte, la résilience de Milkha : la rédemption et catharsis qui viennent lorsqu’ il affronte enfin son passé.  Ironiquement, Milkha, doit retourner sur le lieu  où il avait tout perdu, sa famille, y compris son enfance : le Pakistan.  Les démons cachés dans un coin sombre de sa conscience s’animent alors …

Scénariste et réalisateur primé mainte fois, Rakeysh Omprakash Mehra nous raconte, avec une virtuosité cinématographique certaine, l’histoire vraie du « Flying Sikh », l’un des athlètes les plus emblématiques de l’Inde.

Inde. 2013. Réal. : Rakeysh Omprakash Mehra, 189 minutes. Projection numérique DCP. Avec : Farhan Akhtar, Sonam Kapoor, Hikaru Ito, Meesha Shafi, Divya Dutta, Prakash Taj, Pawan Malhotra, Yograj Singh. Version originale hindi avec sous-titres anglais.

 


Samedi, 11 octobre 2014, à 17h00
Lakshmi
de Nagesh Kukunoor
Cinémathèque québécoise, Salle Claude-Jutra

Lakshmi PosterLakshmi est l’histoire d’une adolescente  de 14 ans dont la vie prend un tour tragique. Elle est arrachée à sa famille dans son village et vendue à un bordel urbain.

Jetée dans ce monde horrible et inhumain, Lakshmi est contrôlée par les impitoyables frères Reddy.  Contre toute attente, l’enfant-femme traumatisée, brisée, fait preuve de courage, là, où tout le monde échoue.

LakshmiBasé sur des faits réels, Lakshmi est une histoire d’héroïsme et de courage indicible.

Le scénariste-réalisateur Nagesh Kukunoor a été salué par la critique et le public pour son interprétation sans faille des horreurs de la traite des enfants et de l’esclavage sexuel en Inde, où plus de 50 000 enlèvements et disparitions sont enregistrés, chaque année. Une écrasante majorité de ces cas demeure non résolue.

Arrivant sur la scène du cinéma indien, il y a 15 ans, Nagesh trace un nouveau chemin et genre de film indépendant. Il a écrit, produit, joué et réalisé des films à grand succès. Réputé pour son style de direction intense et profondément authentique,  Lakshmi est l’exemple ultime de la philosophie du cinéaste. 

Un film puissant, surtout à ne pas manquer !

Inde. 2014. Réal. : Nagesh Kukunoor. 109 min. Projection numérique DCP.  Avec : Monali Thakur, Nagesh Kukunoor, Satish Kaushik, Shefali Shah, Ram Kapoor, Gulfam Khan. Version originale hindi avec sous-titres anglais.

Postcard Back

Publicités